Relais Chantiers L'humain au coeur du dispositif

Notre mission

Le Relais Chantiers a pour mission la gestion de la clause d’insertion dans les marchés publics pour le compte des maîtres d’ouvrage (80) sur le bassin d’emploi de Strasbourg. Mais il peut, sur demande, élargir son champ de compétence aux territoires non couverts par un autre facilitateur clause.

Pour exemple, le Relais Chantiers a assuré la gestion de la clause d’insertion pour le compte de Réseau Ferré de France sur la LGV Est Européenne 2nde phase de Baudrecourt à Vendenheim.

Depuis 2010, plus de 3,5 millions d’heures ont été réalisées soit plus de 450 Equivalent Temps Plein pendant 5 ans.

 

notre mission

L’action du Relais Chantiers s’articule autour de 3 axes :

L’appui aux Maîtres d’Ouvrages dans l’inscription et la gestion de la clause d’insertion : La mobilisation passe par des rendez-vous individuels sur demande d’un acheteur, des réunions d’information, des invitations à participer au club des acheteurs mis en place par le Relais Chantiers.  L’appui est constitué d’un appui au repérage et à l’identification des opérations, d’un appui aux choix des articles du code des marchés à mobiliser en fonction des effets attendus, d’une assistance à la rédaction du dossier d’appel d’offres, d’un suivi et d’évaluation des démarches de promotion de l’insertion et de l’emploi dans les marchés publics et enfin de remontée d’informations concernant l’avancée de la réalisation des objectifs d’insertion.

L’appui aux entreprises dans la mise en œuvre de la clause d’insertion. Cet appui prend 2 formes : un appui technique (périodicité, informations et documents à remonter) et un appui à l’intégration de la clause dans la problématique de recrutement de l’entreprise en lien avec sa politique de gestion des ressources humaines. Cette démarche passe par une analyse des postes « dégagés » par la clause d’insertion. Un travail de mise en adéquation entre les postes et les candidats en difficultés d’accès à l’emploi : par le biais d’actions de formation (individuelle : préalable à l’emploi ou en alternance ou collective) Le Relais Chantiers peut travailler à la mise en place d’un cahier des charges, à la recherche de financement, à assurer l’interface entre l’entreprise et l’organisme de formation… Enfin, le Relais Chantiers assure le suivi du salarié en entreprise.

La mobilisation et l’appui au public en difficulté Le public accueilli a des origines diverses : La majorité est orienté par les partenaires du Service Public de l’Emploi (Mission Locale, Pôle Emploi). Mais plus largement par l’ensemble des partenaires (SIAE, Association de prévention….). 

Le Relais Chantiers travaille à l’acquisition (en amont d’un parcours) et l’augmentation (en cours de parcours) des compétences nécessaires à une intégration en entreprise. 

Organigramme

Présidence

Patrick ROGER

Direction

Gilles GROSCLAUDE

Accueil – Administration

Lilit RHRGIYAN

Gestion

Ghosson MEHAL

Conseillers

Marie – Hélène BORNERT

Marielle BRACQUEMART

Nadine GERARD

Régis JUNG

Alex NIAZI

Historique

L’histoire du Relais Chantiers et celle de la clause d’insertion sur le bassin d’emploi de Strasbourg sont indissociables.

L’action du Relais Chantiers doit son existence à l’émergence, dès 1989, d’un « dispositif » qui vise à utiliser l’achat public pour favoriser l’insertion professionnelle des publics en difficultés. Dès 1989, Catherine Trautmann, Maire de Strasbourg, propose dans le cadre des travaux du chantier du Tramway de signer avec chaque entreprise des conventions favorisant l’insertion professionnelle des publics en difficultés. Cette démarche innovante et volontariste a préfiguré l’évolution législative qui vise à utiliser l’achat public pour favoriser l’insertion. En effet, en 1993, une circulaire nationale connue sous le nom « la circulaire du mieux disant social » introduit la possibilité de prise en compte d’éventuels critères additionnels relatifs à l’emploi dans l’attribution des marchés publics. L’opportunité est trop belle pour la Communauté Urbaine et la ville de Strasbourg qui part l’intermédiaire de la SERS, mobilisent les possibilités offertes par cette circulaire dans le cadre des travaux de la construction du Parlement Européen et ainsi inscrivent les premières clauses sociales dans un marché public (1080 personnes mobilisées, 580 emplois de plus de 6 mois et 58% de retour à l’emploi pérenne). Parallèlement, pour accompagner la mise en œuvre de ces conventions se créée la cellule Grands Chantiers qui fédère les partenaires du Service Public de l’Emploi. Il faudra attendre le décret n°2001-210 du 7 mars 2001 et plus récemment la dernière version du Code des Marchés Publics 2006 pour offrir une base juridique stable aux clauses sociales, le Code des marchés publics ayant confirmé la possibilité de mobiliser la commande publique au bénéfice de l’insertion professionnelle des personnes en difficulté: le pouvoir adjudicateur peut en effet intégrer la dimension sociale dans les marchés publics et plus spécifiquement recourir à une clause de promotion de l’insertion et de l’emploi en s’appuyant sur les articles 14, 15, 30 et 53 du Code.

Aujourd’hui les choses sont claires et la clause d’insertion ou de promotion de l’emploi est largement répandue et incontestable juridiquement. La dynamique a été renforcée grâce à l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine qui conditionne sa participation financière, dans le cadre des Programmes de Rénovation Urbaine (5 programmes sur la CUS), les clauses d’insertion ont ainsi connu un fort développement. Mais, la mise en œuvre reste complexe et nécessite de la part des uns et des autres de maîtriser aussi bien les aspects techniques et juridiques. Il convient également de mobiliser le public. L’ensemble des acteurs doivent être en capacité de s’appuyer sur une structure qui les accompagne dans la mise en œuvre.

Le Relais Chantiers est au service des Maîtres d’Ouvrages, des entreprises, et des candidats. 

Il joue aujourd’hui le rôle de guichet unique sur le territoire pour le compte de 70 maîtres d’ouvrages et presque 800 entreprises. Fort de cette offre de service et de son positionnement, les heures d’insertion sont passées de 24 814 en 2004 à 731 626 en 2014.

Plus de 4 000 personnes ont ainsi pu acquérir une expérience professionnelle et raccrocher le monde du travail (près de 2 600 ETP)

En 2010, le Relais Chantiers s’est vu confié par Réseau Ferré de France, la gestion de la clause d’insertion sur le chantier LGV Est Européenne 2nde phase. Fin Avril 2015, 1 388 286 heures ont été réalisées au bénéfice de plus 1 017 personnes (plus de 9 mois d’activité en moyenne par candidat)